A l’origine de la dette publique, une loi de 73 sur la Banque de France ?

Nous reproduisons cet article (rédigé par Anne-Sophie Jacques et publié ici par Arrêt sur Images) car il propose un contre-point intéressant à une vidéo très largement diffusée (comprendre la dette publique en quelques minutes). Il s’agit, non pas de prendre parti dans ces « désaccords d’économistes », mais de verser ce contre-point au débat.

Continuer la lecture

BCE : des cadeaux pour les banques, la rigueur pour les peuples

Le 21 décembre, la Banque centrale européenne (BCE) a accordé le plus gros prêt de son histoire aux banques. Au total, 523 banques ont emprunté à la BCE près de 500 milliards d’euros pour 3 ans à un taux voisin de 1%. Il s’agit là d’un soutien exceptionnel de la BCE, qui est officiellement justifié par la nécessité d’aider les banques à faire face à leurs prochaines échéances de remboursement.

Face à la menace d’une grave crise bancaire, de l’ampleur de celle de 2008, la BCE joue a priori son rôle normal de prêteur en dernier ressort en refinançant ainsi les banques. Mais, ce qui est inadmissible, est que – une fois encore – les autorités volent au secours des banques sans exiger aucune contrepartie de ces dernières !

(lire la suite sur le site d’Attac)

La BCE souhaite un Joyeux Noël aux banquiers…

Message envoyé en commentaire par Gérard Régnier, le 22/12/11

Ce mercredi 21 décembre, dans un quasi silence médiatique, la Banque Centrale Européenne a alloué la somme record de 490 milliards d’euros aux banques, au taux de 1%  ! (soit environ 1/4 du PIB français) … Sans compter 33 milliards d’euros dans son opération à 14 jours pour 34 établissements et 29,74 milliards d’euros pour l’allocation à trois mois (98 jours), qui a attiré 72 offres (cf le communiqué ci-après)

Continuer la lecture

Euro, en sortir ou pas?

Quel serait l’'avantage d’'une sortie de l'’euro ? L'’argument principal est qu'’il rendrait possible une dévaluation de la nouvelle monnaie qui rétablirait la compétitivité du pays concerné. Il redonnerait à la Banque centrale la possibilité d’'émettre de la monnaie afin de financer autrement son déficit. Les plus optimistes y voient un moyen de réindustrialiser une économie, d’'atteindre une croissance plus élevée et de créer des emplois.

(Lire l'article de Michel Husson sur le site d'Attac)

zp8497586rq