TVA « sociale » : un cran de plus dans l'austérité !

Le gouvernement s'apprête à instituer une TVA dite « sociale » parée de vertus  « anti-délocalisation ». Il s'agit en réalité d'un nouveau cadeau fiscal fait au patronat (estimé à 30 milliards d'euros), et d'un nouveau cran serré dans les politiques d'austérité. Il s'agit en effet de diminuer les cotisations sociales payées par les entreprises et de les transférer sur les consommateurs. Cela  réduira le pouvoir d'achat des ménages, déjà mis à mal par le chômage et la précarité. Il n'y a donc pas plus anti-sociale que la TVA dite « sociale » !

(Lire la suite sur le site d'Attac France)

zp8497586rq

Les femmes au coeur de la crise

La crise financière, économique et sociale a des effets très négatifs sur l’ensemble des sociétés, mais elle a des répercussions particulièrement préjudiciables sur les femmes, dans le marché du travail comme dans la vie privée. Partout en effet, on le verra dans ce qui suit, les femmes sont davantage exposées à la précarité de l’emploi, au licenciement, à la pauvreté et moins couvertes par les systèmes de protection sociale. Dans les périodes de récession, les personnes déjà menacées de pauvreté, en majorité des femmes, sont encore plus vulnérables, notamment celles qui sont confrontées à des discriminations multiples : mères célibataires, jeunes, seniors, immigré-es, minorités ethniques,…

(Lire la suite du rapport du groupe de travail Coupes et austérité, par Christiane Marty)

Plans d'austérité en Europe

Tableau synthétique des mesures d'austérité en Europe (2010) ; Source : « Vigie austérité » (une initiative de la Conférence Européenne des Syndicats) : http://www.etuc.org/r/1612

zp8497586rq