Interpellation des candidats dans l’Hérault

Voici l’interpellation du collectif 34 pour un audit citoyen (interpellation au format .doc)

Vous trouverez ici le compte rendu des réponses à cette interpellation.

En complément, la réponse de la gauche anticapitaliste, ainsi que le compte-rendu d’un entretien avec un dissident du PS.

Interpellation publique des candidats aux législatives du bloc de Gauche dans l’Hérault

A l’approche des législatives, le comité pour un audit citoyen de la dette publique dans l’Hérault (CAC 34) a lancé une interpellation publique aux candidats du bloc de gauche. Il s’agit de relayer les positions de chacun sur la gestion de la dette publique, sujet qui détermine la gestion des actions sociales au niveau local, au niveau national et au niveau international. Nous mettons en évidence, depuis Décembre 2011, le poids que le remboursement de la dette, qui s’avère pourtant illégitime, aura sur l’ensemble des mesures à venir. En effet, la ratification du Pacte budgétaire européen (1) imposera au gouvernement de réduire considérablement ses dépenses (2), ce qui aura pour effet d’attenter aux tentatives de relance en général. Au niveau local, les collectivités, les hôpitaux, les facultés et les logements sociaux,  déjà touchés par des emprunts aux taux faramineux (3) seront asphyxiées par la gestion de leurs comptes. Nous avons donc posé des questions claires aux candidats : « Pensez-vous que l’ensemble de la dette est légitime ?, Etes-vous en faveur d’un audit de la dette ? Etes-vous favorable au Pacte Budgétaire ? Que pensez-vous d’un référendum sur la question ? ». Les réponses allaient d’ans l’ensemble vers la même analyse. Le remboursement de la dette doit être sujet à analyse et à décision des français. La part illégitime « n’incombe pas au peuple » selon René Révol, pour le Front de Gauche. Certains vont même plus loin, annonçant que le remboursement doit la dette «  illégitime doit être répudiée » (NPA), voire même son ensemble (POI). La majorité des réponses se prononcent pour un référendum sur la ratification du Pacte : Front de Gauche, NPA, Gauche anticapitaliste, Michel Delagausie pour Europe Ecologie les Verts. Pour autant, les candidats du Parti Socialiste n’ont pas répondu à notre interpellation qui leur permettait pourtant de s’expliquer sur cette question centrale. C’est à regretter pour qualifier l’ensemble des positions proposées.

(1)    Il s’agit du TSCG : Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance. Le 28 Juin, le sommet des chefs d’Etat fixera la date de la ratification.

(2)   Il inscrit dans la Constitution des pays la « Règles d’Or » c’est-à-dire l’obligation pour l’Etat de tenir un déficit proche de 0 (au lieu de 5 actuellement), il oblige à réduire la dette de 5% par an, ce qui représente une coupe de 80 Milliards de dollars dans les dépenses de l’Etat, plus que le budget de l’éducation nationale.

(3)   La dette publique se compose de plusieurs pôles : la dette de l’Etat, la dette des collectivités, la dette des organismes de logements sociaux, des hôpitaux…, la sécurité sociale. Les collectivités dans leur ensemble ont souscris des emprunts auprès des banques privées (comme Dexia) à des taux variables. Un rapport de la Cour des Comptes dénonce plus de 18 milliards d’euros de prêts toxiques accordés aux collectivités.

Charlotte Géhin,

Pour le collectif de l’audit citoyen de la dette publique.

Les commentaires sont fermés.