Rigueur et compétitivité : un cocktail toxique pour l’Europe

Depuis l’éclatement de la crise, les gouvernements européens et la Troïka (la commission européenne, la BCE et le FMI) mettent en œuvre, de manière plus ou moins violente selon les pays, un « cocktail » de mesures bien établi : avec d’une part des coupes budgétaires dans les dépenses sociales (austérité), de l’autre des politiques au service des multinationales et investisseurs privés (compétitivité). Mais ces mesures suscitent de fortes résistances sociales dans de nombreux pays européens.

Rigueur et compétitivité : un cocktail toxique pour l'Europe

En Europe, le rouleau compresseur des « réformes » néolibérales est placé sous le signe de TINA, le petit surnom de Margaret Thatcher : There Is No Alternative (« il n’y a pas d’alternative »). Le programme des gouvernements, qu’ils soient conservateurs ou sociaux-démocrates, y est partout le même : austérité, compétitivité. Un dogme scandé à longueur de journée dans les médias, et ce malgré ses résultats catastrophiques : aggravation du chômage, de la crise économique, tensions sociales… à quoi s’ajoute le retour en force de l’extrême-droite.

Et pourtant, les alternatives existent. D’importants mouvements sociaux se lèvent en Europe depuis les pays les plus touchés par la crise, qui contestent les privatisations, les reculs sociaux, la mise en pièce de la société et de la nature par le rouleau compresseur néolibéral. Ces luttes se multiplient, et tentent de se coordonner au plan européen pour faire émerger un autre projet de société, mettant les besoins écologiques et sociaux de tous avant les profits d’une minorité. Voici une petite revue des enjeux des politiques menées actuellement en Europe ainsi que des nécessaires résistances sociales.

Quand la compétitivité intoxique la société

« Compétitivité », le mot est sur toutes les lèvres. C’est le seul horizon proposé par les partis politiques sociaux-démocrates, de droite ou d’extrême-droite pour des « lendemains meilleurs ». Le principe ? Les pays européens étant en concurrence, plongés qu’ils sont dans la compétition mondiale, ils doivent attirer les capitaux et doper leurs entreprises pour garantir un niveau d’emploi élevé.

Ainsi d’une part, puisque les capitaux circulent librement, les gouvernements doivent se plier aux diktats des investisseurs : fiscalité aux petits soins, normes environnementales au rabais, droits sociaux à la baisse, privatisations. De l’autre, ils doivent « doper leurs entreprises » en supprimant les « entraves » au business et à l’export : cela suppose notamment de baisser les salaires, de supprimer certains droits des travailleurs. Les employeurs, eux, bénéficient de faveurs : abattements fiscaux, réductions de cotisations sociales, etc. Des faveurs dont le coût sera financé par l’augmentation des taxes sur la consommation comme la TVA qui touchent plus directement les couches moyennes ou populaires.

De telles mesures se sont multipliées en Europe du Nord comme dans les pays du Sud dont certains sont sous la tutelle économique de la Troïka. En Allemagne, le « modèle » exportateur basé sur la compression des salaires a fait exploser la pauvreté. En Grèce, depuis 4 ans, les revenus se sont effondrés sous les coups des réformes successives (de 35 à 50%). Les conventions collectives qui garantissent les droits des travailleurs ont été tout simplement suspendues en 2011, « compétitivité oblige ». En France l’ANI (accord national interprofessionnel) mis en place en 2013 autorise le chantage à l’emploi (sous la forme d’« accords compétitivité-emploi »).

Les taxes sur la consommation ont significativement augmenté dans tous les pays européens, mais pas les impôts progressifs comme les impôts sur la fortune. En Grèce, la taxe sur les bénéfices est même passée de 25% à 10%. Résultat, la charge fiscale repose à 55,5% par les employés et retraités, seulement à 28% par les entreprises. Compétition oblige, on ne taxe plus le capital, ni les revenus les plus élevés, pour ne pas grever un hypothétique investissement privé ; mais on assiste à un pillage fiscal des classes populaires et moyennes.

Mais la compétitivité n’est pas qu’une affaire fiscale ou sociale. En Grèce et en Roumanie, des mines d’or ont rouvert malgré les conséquences dramatiques pour l’environnement (avec déversement de cyanure en quantité). Partout en Europe, les lobbies de l’industrie extractive se mobilisent pour faire autoriser l’extraction de gaz de schistes malgré les dangers notoires associés à cette pratique (et dont la Pologne, fer de lance de l’exploitation du gaz de schistes en Europe, subit aujourd’hui les conséquences).

Le désir inconséquent d’attirer les grands investisseurs à tout prix conduit les décideurs européens, nationaux et locaux à multiplier les privatisations. Les services publics locaux, comme les régies de l’eau, sont confiés au privé avec pour conséquence des tarifs explosent pour les consommateurs, comme en Grèce. La « séduction » des investisseurs passent aussi par des grands projets inutiles, comme l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou la ligne de chemin de fer Lyon-Turin. Des projets au plus grand bénéfice du privé, dont l’utilité sociale est négligeable par rapport aux coûts économiques et environnementaux.

L’université et la recherche n’y échappent pas : elles doivent, elles aussi, se soumettre au dogme de la compétitivité. La stratégie « Europe 2020 » adoptée par l’Union européenne stipule que l’université doit permettre de former une main d’œuvre adaptée aux demandes du marché du travail, c’est-à-dire des entreprises. La commission en appelle même à enseigner « l’esprit d’entreprise » dès le plus jeune âge. La recherche doit, elle, se focaliser sur l’« innovation », et donner aux entreprises européennes des avantages compétitifs.

L’accord commercial anti-contrefaçon (mieux connu sous le terme ACTA) s’inscrit dans la même logique : les gouvernements européens s’apprêtaient à ratifier des reculs considérables en termes de respect de la vie privé, des droits des citoyens sur internet, d’accès aux médicaments génériques ou d’utilisation de semences paysannes pour mieux complaire aux désidératas de l’industrie. Le traité a finalement été rejeté suite à une mobilisation citoyenne sans précédent en Europe.

La négociation d’un accord transatlantique entre l’Union européenne et les Etats-Unis, qui a débuté en aout 2013, se situe lui aussi pleinement dans la rhétorique de la compétitivité. Pour l’emploi, donc pour la croissance et la compétitivité de l’industrie européenne, il s’agit de supprimer les « barrières » au commerce et à l’investissement que constituent les normes sanitaires, écologiques, sociales.

L’austérité : une catastrophe économique et sociale

Les politiques d’austérité sont en quelques sortes le revers de la « compétitivité ». L’austérité consiste à multiplier les coupes dans les dépenses publiques afin de permettre que les budgets publics soient équilibrés.

Le principe est le suivant : avec la crise financière (le renflouement des banques) et la crise économique (la récession), les gouvernements ont accumulés des dettes publiques importantes qui contraignent les budgets. Or d’une part, ils ne peuvent pas « faire marcher la planche à billet » pour soulager cette dette, puisque c’est la Banque centrale européenne (BCE) qui est en charge de la politique monétaire. De l’autre ils se refusent à augmenter les impôts sur les plus riches ou sur les entreprises, « compétitivité oblige », et il est délicat de se contenter d’accroître la pression fiscale sur les classes moyennes et populaires.

La solution pour équilibrer les dépenses et recettes consiste donc à sabrer dans les dépenses publiques. Cela passe par des coupes dans les effectifs et salaires de la fonction publique (et donc dans les services publics) ainsi que dans la protection sociale (chômage, santé, logement, retraites…). Ainsi en 2010 le gouvernement britannique a mis en place un plan d’austérité sur 5 ans à hauteur de 90 milliards d’euros de coupes, soit 14% des dépenses. Avec au programme, suppression d’allocations sociales, relèvement à 66 ans de l’âge de départ à la retraite, privatisations partielles ou totale (santé, police, services sociaux, services publics locaux)…

En Grèce depuis 2010 le financement des hôpitaux publics a diminué de 40% alors que, dans le même temps, la demande de soins hospitaliers augmentait de 24%. Les coupes ont des conséquences dramatiques sur l’accès aux soins et leur qualité (réduction radicale du personnel et à la détérioration des infrastructures des services de santé), mais elle contribue surtout de manière générale à une explosion de la pauvreté.

Celle-ci atteint des records en Grèce, avec plus d’une personne sur 5 en dessous du seuil de pauvreté. Pour la première fois depuis 1950, la mortalité infantile a augmenté en Grèce (depuis 2008, de 2,7 à 3,8). Avec l’augmentation du prix du pétrole, en 2010 il y avait déjà 18,7% de la population incapable de se procurer un chauffage décent. 3500 établissements scolaires qui sont confrontés à la menace de fermeture, faute de possibilité de couvrir le coût du chauffage.

Cette catastrophe sociale ne s’explique pas uniquement par les coupes budgétaires, mais par leurs conséquences sur l’économie grecque. De 2010 à 2012, le pouvoir d’achat a chuté de 50%. Les mesures d’austérité ont brisé la consommation intérieure, qui a diminué de 25% sur la même période. Les entreprises n’ont plus de débouchés, les faillites se multiplient. Le PIB s’est en tout rétracté de 25% de 2009 à 2012.

Le chômage a été multiplié par 3 entre 2009 et 2012. De 9,5% à 26,8% en octobre 2012. Aujourd’hui, sur les 1,3 million de chômeurs et seulement 200 000 bénéficient d’allocations allant de 180 à 468€. Parmi l’ensemble des chômeurs, plus de 3 sur 4 sont au chômage depuis plus de 12 mois. Les jeunes paient un très lourd tribut, avec 56,4% de chômage début 2013. De nombreux n’ont qu’un souhait : émigrer.

Les politiques imposées par la force par la Troïka n’ont pas sauvé la Grèce : elles l’ont enfoncé dans le chaos. La dette et les déficits ont explosé et la divergence de compétitivité s’est accrue entre la Grèce et les autres pays de l’Union européenne. La Grèce n’est pas un cas isolé, loin de là, même si elle a connu le « traitement » le plus brutal. Partout en Europe, à des degrés divers, les mêmes « cures » produisent les mêmes effets : récession, chômage et précarité.

Comment les gouvernements en arrivent-ils à prendre des mesures aussi impopulaires ? Il semble que les dirigeants européens, de « gauche » comme de droite, se sont jusqu’à présent été persuadés qu’il s’agissait là de l’unique alternative. Mais cela va-t-il toujours durer ? Comment s’assurer qu’aucun gouvernement ne soit tenté par la rupture avec l’« austérité compétitive » sous la pression populaire ? Dans le cas d’un pays surendetté, ces questions se posent dans une moindre mesure : en acceptant un « sauvetage financier » l’Etat renonce à un pan de sa souveraineté, et la Troïka peut, à son aise, dicter les mesures à prendre.

Dans le cas des autres pays européens, une série de mécanisme a été adopté pour mettre sous contrôle des budgets nationaux :

- Le six-pack (2011) et le two-pack (2013) sont un ensemble de directives et de règlements européens qui mettent en place un mécanisme de surveillance des budgets nationaux. Les gouvernements doivent soumettre aux experts de la commission européenne leurs propositions de budgets annuels qui seront examinés à l’aune de critères de rigueur budgétaire et de compétitivité (semestre européen).

- Le Pacte budgétaire (2012) prévoit que les Etats membres du traité inscrivent dans leur législation un strict contrôle du déficit public « structurel » : celui-ci ne peut et ne doit pas dépasser 0,5%, interdisant ainsi par exemple une politique de relance de l’économie par l’investissement public.

Ainsi les impératifs d’austérité et de compétitivité apparaissent de plus en plus non seulement comme des dangers pour nos sociétés, mais comme la négation même du principe de démocratie.

Un édifice antidémocratique dont la finance est la clé de voute

Les politiques d’austérité et de compétitivité, censées répondre à la crise, n’ont fait que l’empirer. Si les politiques d’austérité sont récessives et contribuent à la destruction des économies européennes comme en Grèce, les politiques de compétitivité n’ont jamais tenues leurs promesses en matière d’emploi.

Les études d’impact menées par des organismes indépendants montrent que les accords de libre-échange détruisent souvent plus d’emplois qu’ils n’en créent (c’est notamment le cas de l’accord de libre-échange nord-américain, ALENA, qui présente de nombreuses similitudes avec le projet d’accord transatlantique). De manière plus générale, dans l’Union européenne, la centralisation de la production et de la distribution catalysées par le Marché unique ont permis aux multinationales de diminuer les coûts… en réduisant considérablement leur main-d’œuvre.

Cette tendance s’observe partout : le diptyque austérité-compétitivité dope les profits, mais sûrement pas l’emploi. Il se résume à une course à la précarité, à l’explosion des inégalités… où il faut aller toujours plus vite ! Et représente aussi une menace grave contre la démocratie. Appliquée « de force » dans les pays sous le joug de la Troïka, les politiques d’austérité et de compétitivité sont distillées de manière plus ou moins subtile dans les autres pays européens. Mais si les élus deviennent des « managers » du territoire – qui doivent désormais tout faire pour attirer entreprises et investissements privés tout en comprimant les dépenses – sont-ils au service de leurs électeurs… ou du privé ?

Cette logique atteint son extrémité avec les mécanismes de contrôle des budgets nationaux ou encore de ceux négociés dans le cadre de l’accord de libre-échange transatlantique, qui visent à instaurer un véritable droit de regard des investisseurs sur les normes et régulations nationales (arbitrage investisseur-Etat). Avec la possibilité d’attaquer un gouvernement en justice si jamais ces normes entravent de possibles investissements et profits…

Une de causes profondes de cette fuite en avant à laquelle nous assistons en Europe faite de reculs sociaux et démocratiques, de destruction de la nature, est à bien des égards l’incapacité (voire l’absence de volonté) des dirigeants européens à s’opposer de manière frontale à la domination de la finance. Ainsi comme on l’a évoqué, la crise de la dette publique en Europe s’explique en grande partie par la crise économique qui a succédé à la crise financière, mais aussi au sauvetage des banques sans contreparties. Elle a été aggravée par la politique irresponsable de la Banque centrale européenne « indépendante » qui a poursuivi une politique monétaire en faveur des intérêts des banques privées. Et par la spéculation sur les dettes des mêmes banques, qui leur ont permis de dégager des profits considérables !

L’injonction permanente de « compétitivité » est quant à elle en grande partie la résultante de la dérégulation des marchés et des contrôles de capitaux : la liberté avec laquelle ceux-ci peuvent investir ou désinvestir une entreprise ou un territoire place l’économie et la société toute entière sous tension ; et les obligent à servir les intérêts des grands détenteurs de capitaux.

L’occasion était pourtant historique, après la crise de 2008, de revenir sur des décennies de dérégulation financière. Au lieu de cela, les dirigeants européens ont mis en place de timides réformes qui, tout au plus, appellent les acteurs financiers à faire preuve de plus de « transparence ». La réforme bancaire française est à tous égards symbolique de ces réformes a minima : alors que le candidat Hollande avait fait campagne en se déclarant « l’adversaire de la finance », il a finalement mis en œuvre une non-réforme bancaire, d’une portée ridiculement faible… y compris de l’avis des banquiers !

Il en va de même pour la taxe sur les transactions financières : une proposition a été formulée en 2012 par la commission européenne. Celle-ci, certes limitée, représenterait une première mesure pour s’attaquer au pouvoir de la finance, en la contraignant à contribuer à payer les dégâts de la crise et en réduisant la spéculation. Et pourtant le gouvernement français, sous la pression de Bercy, a tenté et tente encore d’en diminuer drastiquement la portée afin que les banques françaises ne soient pas importunées par une telle mesure.

La démocratie est-elle devenue un vain mot ? Aux mécanismes institutionnels pour réduire les choix des gouvernements (depuis l’indépendance de la BCE au « semestre européen »), à l’impératif permanent de compétitivité s’ajoute le cynisme de dirigeants élus sur un programme de « changement »… mais qui une fois au pouvoir, ne font que prolonger le programme TINA.

La domination de la finance sur nos sociétés, et la radicalisation de l’agenda « austérité-compétitivité » ne sont pourtant pas inéluctables, loin de là ! Des propositions existent, pour mettre au pas la finance, et dégager des marges de manœuvres budgétaires pour promouvoir des politiques écologiques et sociales qui rompent avec la logique anti-démocratique de l’austérité-compétitivité.

De nombreux mouvements se sont développés partout en Europe qui portent ces alternatives. Ils ont montré que des victoires sont possibles : en Italie, en 2011, où un vaste mouvement citoyen a permis la tenue d’un référendum victorieux contre la privatisation de l’eau. Avec un slogan qui a visé juste : « Ça s’écrit EAU, mais ça se lit démocratie ! »

En Espagne, où le mouvement 15M et les « marées blanches » ont, il y a quelques mois, empêché la privatisation des hôpitaux à Madrid ; mais aussi en France et en Pologne, ou de vastes mobilisations ont empêché l’exploitation des gaz de schiste au mépris de la population et de l’environnement.

Sans oublier le mouvement contre l’ACTA, avec d’importantes mobilisations en République tchèque et en Pologne, les manifestations historiques en Grèce, au Royaume-Uni comme en Roumanie de ces trois dernières années. Et les insurrections civiques en Bulgarie ou en Bosnie, la récente manifestation à Berlin contre l’accord de libre-échange UE-US et l’agro-industrie ; les exemples ne manquent pas… Et l’espoir est encore permis !

Les commentaires sont fermés.