Le collectif audit citoyen publie une lettre ouverte à MM.Moscovici et Migaud

La lettre est disponible en PDF, en cliquant ici, elle sera présentée à l'occasion des Assises de l'audit citoyen, le 23 juin à Paris (cliquez ici pour plus d'information).

Le Collectif national pour un audit citoyen de la dette publique adresse aujourd'hui une lettre à M. Moscovici, Ministre de l'Economie, et à M. Migaud, premier Président de la Cour des Comptes, pour leur demander de réaliser un véritable audit des finances et de la dette publique.

M. Migaud doit remettre fin juin à M. Moscovici un rapport sur l'état des comptes publics de la France, rédigé à la demande du président de la République. Pour nous, ce rapport ne saurait se limiter à examiner l'exécution de la loi de finances pour 2012. Un véritable débat public est nécessaire autour de la situation budgétaire de la France, afin d'examiner les origines réelles des déficits et de l'endettement.

Il faut donc rassembler toutes les données nécessaires à la compréhension de l'origine et de la progression de la dette publique. Vivons-nous au-dessus de nos moyens ? La dette est-elle le résultat d’une explosion des dépenses publiques ou provient-elle des exonérations fiscales en faveur des détenteurs de capital et des classes sociales les plus favorisées? Qu'en est-il des effets produits par les politiques d'exonérations et d'allégements des cotisations sociales ? Quel est l'impact produit par l'obligation faite aux Etats de financer leurs dettes par le recours aux marchés financiers en lieu et place de la Banque centrale ? Existe-t-il d’autres solutions à la crise que les coupes dans les dépenses publiques et l’austérité ?

Il s’agit là de questions essentielles qui doivent être au centre du débat public et qui concernent l’ensemble des citoyens.

Depuis octobre 2011, des milliers de citoyens, de nombreuses associations et organisations du mouvement social ont engagé et soutenu la démarche du Collectif pour un audit citoyen de la dette (CAC) dans le cadre d’une mobilisation à l’échelle nationale et sur l'ensemble des territoires. Nous demandons à être reçus par M. Moscovici et M. Migaud pour discuter de notre demande.

Pour le collectif d'audit citoyen

Marie-Laurence Bertrand (CGT), Jean-Claude Chaillet (Convergence de Défense et Développement des services publics), Thomas Coutrot (Attac), Pierre Khalfa (Fondation Copernic), Elisabeth Labaye (FSU), Catherine Lebrun (Union Syndicale Solidaires), Damien Millet (CADTM)

Le Collectif d'audit citoyen de la dette publique est composé des organisations suivantes: Act Up-Paris, Agir ensemble contre le chômage (AC!), AITEC, Amis de la Terre, Attac, CADTM, CEDETIM, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif Richesse, Confédération CGT, Convergence SP, Coopérative DHR, Economistes Atterrés, Emmaüs International, Fakir, Fédération Syndicale Unitaire, Finances CGT, Fondation Copernic, Indecosa-CGT, L’Appel des Appels, Ligue des Droits de l’Homme, Marches Européennes, Marche Mondiale des Femmes France, Mouvement Utopia, Réseau Education Populaire, Résistance Sociale, SNESUP, Sud BPCE, Union SNUI-SUD Trésor Solidaires, Union syndicale Solidaires.

En soutien : Alliance Ecologiste Indépendante, Alternatifs, Association Nationale des Élus Communistes et Républicains, Démocratie et socialisme, Europe Ecologie Les Verts, FASE, Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, M’PEP, NPA, Parti Communiste Français, PCOF, Parti de Gauche, Parti pour la décroissance

zp8497586rq
zp8497586rq

12 réflexions au sujet de « Le collectif audit citoyen publie une lettre ouverte à MM.Moscovici et Migaud »

  1. Ping : Pour un véritable audit ! « Actualités Alternatives « Je veux de l'info

  2. Ping : Pour un véritable audit ! | Collectif pour un audit citoyen de la dette

  3. Ping : Public debt: a citizens’ audit that the government should consider

  4. Ping : Communiqué de presse du Collectif national pour un audit citoyen de la dette publique « Nantes secteur ouest

  5. Ping : Lettre ouverte à MM. Moscovici et Migaud « Pour un véritable audit de la dette et des finances publiques ! » « leurdette

  6. Que l’on imagine ce que l’Etat français pourrait faire avec 50 milliards d’euros chaque année c’est-à-dire la somme des intérêts de la dette (hors capital) qu’il verse à ses créanciers ? La remise à flot du système universitaire et éducatif,le financement de la transition écologique,l’éradication de la grande pauvreté,l’investissement dans la formation professionnelle,la modernisation du système judiciaire,la remise sur pied d’un appareil industriel digne de ce nom,le règlement de la crise du logement,tout cela serait rendu possible sans cet absurde système suivant lequel la Banque de France et,partant,la Banque Centrale Européenne ne peuvent pas prêter aux Etats membres de l’UE.Depuis 1973 en France et depuis les années 1990 en Europe seuls les marchés financiers sont en droit de prêter aux Etats européens pour financer leur endettement.Le coût d’un système aussi ruineux est tel que les Etats sont menacés de « faillite », jusqu’à la zone euro qui,elle-même,pourrait disparaître.Que l’on prenne bien conscience de l’absurdité de la situation.Sans la loi de 1973 (adoptée sous G.Pompidou)l’Etat français ne serait pas endetté !En effet,la somme des intérêts cumulés et versés aux créanciers de l’Etat français correspond pratiquement à l’actuelle dette française !Le budget consacré au remboursement des seuls intérêts de la dette est en passe de devenir le 1er poste budgétaire de l’Etat français.Qui plus est il n’est pas possible à l’Etat français de revenir sur cette loi puisque la France est membre de l’UE.Cette disposition régissant la BCE concerne tous les Etats membres de l’UE.Selon les théoriciens qui ont conçu un tel système-adeptes de ce qu’on appelle le « néolibéralisme » école de pensée économique qui est aussi appelée « école de Vienne » et qui continue à faire autorité en Allemagne-il s’agissait de limiter l’inflation(par crainte de l’hyper-inflation de l’entre-deux guerres) et l’endettement des Etats.Force est de constater que c’est l’inverse qui s’est produit.L’inflation a été galopante dans les années 1970 et une bonne partie des années 1980.Quant à l’endettement des Etats il n’a cessé de croître au point de menacer toute la zone euro.La vérité est donc ailleurs.L’Ecole de Vienne est en fait une véritable machine de guerre (simplement idéologique en apparence)destinée à soumettre les Etats aux lois du marché.Si bien que les Etats déjà sommés de venir au secours de banques à la gestion calamiteuse sont désormais menacés dans leur survie financière(l’Espagne,de ce point de vue,est un désormais un cas d’école).Les économies européennes doivent donc alimenter en permanence un puits sans fond.On pense au tonneau des Danaïdes mais aussi au mythe de Sisyphe pour se représenter une telle situation.Le monétarisme cher à des économistes tels qu’Hayek ou Friedman n’est pas viable,il débouche sur une aporie économique.Dans l’immédiat l’ensemble de la zone euro est au bord de l’implosion.Ensuite les membres de l’UE dans l’euro ou hors de l’euro seront condamnés à rembourser une montagne de dettes (privées c’est-à-dire héritées de la gabegie des banques et publiques)pendant des décennies avec à la clé une explosion des inégalités sociales (la plus grande fortune d’Europe qui pèse près de 40 milliards d’euros est ressortissant d’un pays –l’Espagne-où 1 jeune /2 est au chômage et où le taux de chômage a atteint 25% !),un effondrement durable du pouvoir d’achat,une forte croissance de la pauvreté,un recul de l’éducation,un recul sans précédent des services publics….etc).Revenir sur près de 40 ans d’erreur économique n’est peut-être pas à la portée de dirigeants forts en dogmes mais pas en bonne gestion économique et sociale.Si la zone euro sombre c’est l’ensemble de l’économie mondiale qui plonge.Ce serait la crise systémique (qui a d’ailleurs déjà commencé) c’est-à-dire le pire des scénarios catastrophes.

  7. Ping : Samedi 23 juin à Paris Assises des collectifs d’audit citoyen de la dette publique | "BABORD TOUTE"

  8. Ping : Lettre ouverte à MM. Moscovici et Migaud : « Pour un véritable audit de la dette et des finances publiques ! » | Ligue des droits de l’Homme

  9. Ping : La dette publique | Pearltrees

  10. de quelle dette parle t-on?
    la vraie n’est pas celle construite par le jeu des spéculations ,il faudrait plutot qualifier cela de vol légalisé par l’entente de certains politiques (ultra -liberaux) et de la finance (les banques)
    la vraie dette ,c’est la confiscation du benefice des biens produits par l’activité humaine ,cela s’appelle le profit qui permet à certains de vivre dans l’aisance voir l’opulence alors que d’autres connaissent des restrictions ,des privations ,de la précarité, de la pauvreté ,de l’exclusion .Alors ,il est temps que ceux qui se sont enrichis aux depens restituent les biens acquis au plus grand nombre ,c’est à dire à la collectivité

  11. Ping : Lettre de l’audit n°4 | Collectif pour un audit citoyen de la dette

  12. Un moyen de réduire la dette:
    Ne pas rembourser aux banques à un taux d’intérêt supérieur de 0,1 % au taux auquel elles ont emprunté à la BCE.

    Bien sûr les intérêts déjà versé à un taux supérieur seront déduits du capital restant à rembourser .

    Ceci pour tous les prêts et tous les pays.